[Salon] Virtuality 2018 : la VR toujours plus réelle

La deuxième édition du salon Virtuality s’est tenue du 8 au 10 février 2018 au CentQuatre à Paris. Ce salon sur la réalité virtuelle et la réalité augmentée est plutôt orienté professionnel mais il permet tout de même à quiconque de profiter d’expériences de divertissement et de cinéma, comme nous en avons rarement l’occasion. Je vous propose donc de lire ce j’ai retenu de ma visite.

Lors de ma visite, je me suis plus concentré sur les expériences liées au gaming. Même si beaucoup d’entreprises proposent des idées VR très intéressantes pour améliorer notre quotidien (sur la nutrition, le médical, le repos/destress) ou pour le monde professionnelle (notamment au niveau de la captation audiovisuel) ; la VR s’impose plus particulièrement dans le milieu vidéo-ludique.

Il y en a pour tous les goûts ! Des expériences solos, multijoueurs, debout, assis, sur des plateformes sur vérins et même allongés sur le ventre ! La VR propose une multitude de situations pour nous divertir et en voici quelques unes que j’ai pu essayer.

 

Le Village Gaming

Je commence ma visite par l’espace qui m’attire le plus par son nom évocateur : le Village Gaming.

Ici, plusieurs entreprises (principalement des start-up) font des démonstrations de leurs produits… et pas forcément que gaming (je pense à Matagon qui propose de la modélisation VR d’appartement pour des promoteurs immobiliers).

Au détour d’une allée, je suis tombé sur celle du Mind Out (oui oui, le Mind Out avait une allée entière rien que pour lui !). Visuellement, avec ses 8 stands de 9m² chacun, c’est déjà très impressionnant.

Le Mind Out est une salle d’arcade VR installée au centre de Paris. Cette salle possède plusieurs box, les mêmes que vous avons à Virtuality, avec les grosses licences des jeux VR, autant en solo qu’en multijoueurs (se tirer sur la tronche en équipe de 2 est très jouissif !). Sur Virtuality, le Mind Out proposait d’essayer les mêmes licences et de découvrir sa salle et son concept.

J’ai alors pu *découvrir* un nouveau jeu : Vindicta, un FPS robots/aliens où l’on peut marcher… enfin plutôt courir… en simulant une course avec ses 2 mains. C’est bien pensé et on peut enfin se déplacer facilement sur une carte en VR dans un FPS.

Je connais très bien le Mind Out et je ne peux que vous conseiller d’aller faire un tour dans leur salle VR, seul, entre ami(e)s ou en famille.

En finissant mon tour du Village Gaming, mes yeux ont été attiré par un livre intitulé Naraa.

virtuality

Naraa est un projet de fin d’étude d’étudiants de l’Isart Digital, sous forme de livre interactif. Adapté pour les enfants de 6 à 8 ans, ce livre narre l’histoire d’une petite fille qui doit aider les esprits des animaux à se libérer des Iblis (des méchants farceurs). Simple, mais son originalité vient de son enrichissement par la réalité augmentée. Grâce à une application dédiée, le contenu de la page du livre est compris et enrichi instantanément par votre device. D’une simple page plate, nous passons alors à un paysage en 3D interactif.

La réalisation est très soignée et le contenu parfaitement adapté aux enfants. J’ai même pris un plaisir à suivre l’histoire et à m’amuser avec ce monde virtuel saupoudré d’ésotérisme. La mise en production sera lancée si le livre arrive à atteindre 100 commandes. Et franchement, si vous êtes un papa geek et que vous voulez faire essayer l’AR à votre enfant, c’est ça qu’il vous faut !

 

L’Espace Nef

Après un détour rapide au Village Start Up (qui n’avait rien d’intéressant pour BDN), je suis allé au centre du salon : l’Espace Nef.

Dès la montée des marches, nous ne pouvons pas louper le stand de BackLight. Ce studio de création et de développement s’est spécialisé dans le contenu ultra réaliste pour les marques. D’une simple idée, le studio créé absolument tout ce que vous avez imaginé. Et j’ai pu le constater avec Renault, qui a fait une commande d’une simulation de Pit Stop de Formule 1. Notre rôle était de changer une roue de Formule 1 le plus vite et le plus synchro possible, en pleine course ! L’expérience est très convaincante autant en terme d’immersion par le réalisme, que par les émotions apportées.

 

Egalement, sur le stand se trouvait Virtual Adventure, l’escape game 100% VR dont BackLight a la charge du contenu. J’ai pu tester une introduction à l’escape game avec une autre personne. Nous étions dans un vaisseau spatiale et devions aborder un second vaisseau porté disparu jusqu’ici et découvrir ce qui était advenu de son équipage…

La réalisation est bluffante et nous sommes immédiatement plongés dans l’ambiance. Malheureusement, le test ici proposé a duré quelques courtes minutes. Mais nous sommes invités à la fin de la séance à découvrir tout le scénario dans leurs salles (sur Paris et région parisienne) avec la promesse d’un scénario riche de 35 min. À tester absolument.

Pour la suite de mon parcours, rendez-vous sur le stand voisin Smart VR. Là aussi il s’agit d’un studio de création VR, qui proposait quant à lui une expérience FPS VR en mode Esport, avec des commentateurs professionnels. Armé d’une Carabine M4 bardée de capteurs VR, nous plongeons à 4 dans un combat à mort en 2 VS 2. Les déplacements se font avec un joystick sur le côté de l’arme. Le rechargement via des gestes semblables à la réalité. C’est très simple à comprendre, si on est un temps soit peu joueur de FPS sur console, la prise en main se fait très rapidement.

Cependant, le jeu reste simple, sans graphismes époustouflants ni révolution dans l’immersion. Tout est misé sur le gameplay et la mise en condition Esport, et ça, c’est réussi ! D’autant plus qu’il est très plaisant d’entendre son prénom crié par le commentateur lors d’un magnifique headshot placé à l’autre bout de la map.

 

Et le prix du meilleur stand revient à…

Dernier stand qui valait le coup d’œil selon moi, celui de Tematik Sarl. J’y ai vécu ma meilleure expérience VR jusqu’alors : le Giant Swing.

Installé physiquement sur un plateau haptique, j’étais virtuellement dans une nacelle placée sur une balançoire à 15 mètres de hauteur sauf que… la nacelle à son zénith, se retrouve elle, à 30 mètres ! Et là, c’est très très impressionnant !

virtuality

Déjà car la réalisation graphique est satisfaisante et nous plonge efficacement dans l’immersion mais surtout parce que le plateau haptique offre une précision des sensations que je n’avais jamais ressenti auparavant. La force de la machine, c’est qu’elle est équipée de ventilateurs frontaux calibrés à la perfection avec l’expérience.

virtuality
En à peine trois secondes je ressentais déjà des émotions et en une dizaine de secondes j’étais collé à la rambarde de sécurité tellement j’avais peur de tomber. Malheureusement, Tematik est un importateur et revendeur de machines pour les professionnels de salles d’arcades, des bowlings, des parcs d’attractions, etc. Il ne sera donc pas évident de retrouver ces machines dans notre quotidien, alors que, wahou, c’est sûrement l’une des expériences VR les plus bluffantes offertes aujourd’hui sur le marché.

 

J’ai beaucoup aimé ce salon car il nous permet de tester un éventail complet des technologies existantes pour la VR. Les émotions et sensations ressenties nous permettent de nous rendre compte des possibilités apportées par les machines. Et qui sait… peut-être qu’un jour ce seront les machines qui pourront ressentir tout cela… Alors un conseil, marquez dès maintenant dans votre agenda les dates de Virtuality 2019 !

Robin Nicaud

Robin Nicaud

C’est le mec qui, si il n’est pas là, tu te demandes pourquoi il n’est pas là. Donc, il est là… même si tu te demandes alors pourquoi.