[Critique] Machine Head : Catharsis. Et cette machine dans ma tête…

Aujourd’hui, nous allons vous présenter le nouvel album de Robert, 50 ans depuis cette année. Comme à son habitude depuis quelques opus, il a invité violoniste, alto et contrebassiste à le rejoindre sur deux chansons. Alors dit comme ça, effectivement, on imagine très bien l’accordéon, le petit bal musette, papy et mamie qui dansent sur le parquet devant la scène. Précisons néanmoins que Robert, 50 ans, est plus connu sous le nom de Robb Flynn, et qu’il est l’un des piliers les plus prolifiques de la célèbre scène thrash metal de la Bay Area californienne. Son groupe, Machine Nerds, euh pardon, Machine Head, vient de dévoiler son neuvième album studio, Catharsis, que nous allons décortiquer pour vous, petits chanceux ! 

Définition / Préambule

Catharsis : nom féminin d’origine grecque, signifiant « fait d’exprimer et ainsi se soulager d’émotions fortes ou profondément réprimées ». Sens que l’on rapprochera de la « purge », et que l’on va apparenter au fameux « cri primaire » ou encore le classique « gueule un bon coup, coco, ça va te libérer les chakras ».

Très présent sur les réseaux sociaux, Robb Flynn, leader emblématique du groupe californien, avait prévenu d’emblée :

Calmez vos ardeurs sur le côté heavy, calmez vos ardeurs sur la vitesse, Catharsis est loin d’être l’album le plus bourrin de Machine Head, mais il est probablement le plus mélodique, le plus groovy qu’on ait jamais fait.

Merci pour la précision, Robb, on va tâcher de garder ça en tête lors de l’écoute.

Sorti le 26 janvier 2018, le successeur de l’excellent Bloodstones And Diamonds (2014) se fend d’une pochette assez …. étonnante et inhabituelle venant du groupe, voire considérée comme hideuse par certains fans déçus. Jugeons plutôt (non, pas le chien de Mickey) :

Machine Head Catharsis cover
C’est un album de groupe emo ?

 

Première écoute

L’habit ne fait cependant pas le moine, faisons confiance et mettons le CD dans le lecteur. Volatile, le premier titre de l’album, prend directement à la gorge, au point de se demander si Robb Flynn ne nous a pas fait un gros troll en limitant les attentes de l’auditeur sur le côté heavy. Ce qui est d’ailleurs surprenant pour le fan, ou « Head Case » , car le groupe a pris l’habitude, depuis 1999 et The Burning Red, de débuter ses albums par des intros calmes qui montent en puissance (écoutez I Am Hell (Sonata in C#) ou Now We Die, par exemple) avant de nous asséner un uppercut en pleine tronche.

Là, ce n’est pas le cas. Volatile tape dans le dur dès les premières secondes, c’est un rappel, tu n’es plus chez Mémé, tu as acheté un album de Machine Head, tu vas t’en prendre plein les esgourdes ! Et les premiers mots de la chanson, donc de l’album (étonnant, non?) , marquent l’ambiance : « FUCK THE WORLD! » Exit les Bisounours, le monde dans lequel on vit n’est pas joli-joli, et Papa Flynn va t’expliquer pourquoi.

Le chant 

Avant d’aller plus loin dans la description de cet opus, regardons d’un peu plus près le thème général des paroles. On l’aura compris au paragraphe précédent (vous lisez dans l’ordre, n’est-ce pas?), l’heure n’est pas aux congratulations, aux sourires ou à l’autosatisfaction. C’est même totalement le contraire. Robb Flynn, principal auteur de la formation, est un artiste engagé, qui ne mâche généralement pas ses mots.

Ainsi, le texte de Volatile est directement inspiré des événements tragiques de Charlottesville d’août 2017, Triple Beam parle du passé de dealer du frontman, et Bastards, chanson de Flynn pour ses fils (Catharsis-si-la-famille ! ), a été écrite suite à l’élection de Donald Trump. Et le parolier n’a pas que des choses gentilles à dire sur ce dernier.

Le chant est souvent incisif, le vocaliste n’a jamais caché son amour pour le rap/hip-hop West Coast des années 90, et on le ressent particulièrement sur Catharsis, c’est rythmé, le flow est saccadé, chaque mot est pensé pour être à sa place et faire le maximum de dégâts.

Les styles

Retour à la musique ! Catharsis est un album hétéroclite, qui recense un peu toutes les périodes des piliers de la Bay Area californienne. On retrouve du groove Pantera-esque mélangé au heavy récurrent des derniers opus à ne plus savoir qu’en faire. La chanson d’ouverture, Volatile, ou encore Screaming At The Sun ou Beyond The Pale en sont de parfaits exemples.  En parallèle, retour vers le passé avec Grind You Down, et ses touches nü-metal, qui aurait eu sa place sur les albums décriés The Burning Red (1999) et Supercharger (2001).

Quelques nouveautés sont à remarquer sur l’album, cependant. Bastards est une chanson folk engagée, électrifiée, tout en crescendo. Quant au titre tendance « pop pleureuse » Behind A Mask, il y a fort à parier qu’il ne passera pas indemne les outrages du temps.  Pour finir, le rap Triple Beam, déroutant à la première écoute, a cependant le mérite de rester ancré dans la tête.

On aime / On aime moins

En résumé, nous pouvons dire que l’album regorge de bonnes idées, de riffs ravageurs, de paroles ciselées pour être scandées en salle par une foule conquise, mais que l’ensemble est beaucoup trop hétéroclite pour en faire un classique. Si on apprécie les paroles simples, efficaces et rentre-dedans de la majorité des chansons, on déplore cependant certaines répétitions peut-être malvenues, certains couplets ou pré-refrains répétés une dizaine de fois dans la chanson, ça fait légèrement trop (coucou la chanson titre ! ).

Cela reste un album de Machine Head, donc les Machine Nerds y trouveront de la qualité. Mais il est trop pompeux et parfois prétentieux (mais Robb Flynn et ses compères sont coutumiers du fait), pour espérer partie des grands classique du groupe. On oubliera également la « chanson » Eulogy, qui termine l’album de bien piètre manière, à tel point qu’on se demande la raison de sa présence sur la galette.

A vous de juger

On aime quand même :

Kaleidoscope, malgré son clip épileptique, pour le côté « taillé pour les concerts » :

MACHINE HEAD – Kaleidoscope (OFFICIAL MUSIC VIDEO)

Official « Kaleidoscope » music video from MACHINE HEAD’s ninth studio album, CATHARSIS, out worldwide via Nuclear Blast Entertainment. Order album at http://machinehead1.com/catharsis. Tour Dates: http://www.machinehead1.com/tour. Subscribe to our YouTube: http://bit.ly/subs-mh-yt. Video directed by Mike Sloat.

Bastards, parce que l’humanisme des paroles doit faire résonner quelque chose en chacun de nous :

MACHINE HEAD – Bastards (OFFICIAL TRACK)

Official track « Bastards » from MACHINE HEAD’s ninth studio album, CATHARSIS, out worldwide via Nuclear Blast Entertainment. Order album at http://machinehead1.com/catharsis. Tour Dates: http://www.machinehead1.com/tour. Subscribe to our YouTube: http://bit.ly/subs-mh-yt.

Et la chanson d’ouverture, Volatile, parce que c’est du Machine Head, il faut que ça bourrine :

MACHINE HEAD – Volatile (OFFICIAL LYRIC VIDEO)

« Volatile » from MACHINE HEAD’s ninth studio album, CATHARSIS, out worldwide via Nuclear Blast Entertainment. Order album at http://machinehead1.com/catharsis. Tour Dates: http://www.machinehead1.com/tour. Subscribe to our YouTube: http://bit.ly/subs-mh-yt.

 

 

Machine Head Catharsis World Tour 2018
En concert près de chez vous !

 

Et si vous souhaitez jugez par vous-même en live, bonne nouvelle, les Californiens vont défendre leur album avec une grosse tournée française en mars, et relancent le concept An Evening With Machine Head : pas de 1ère partie, pas d’entracte, pas de pause, 2h30 à 3h de concert non-stop. Les dates ci-dessous :

22 mars : Le 106 – Rouen

24 mars : Le Bataclan – Paris

26 mars : La Sirène – La Rochelle (au plaisir de vous y retrouver)

27 mars : Le Rocher de Palmer – Cenon (au plaisir de vous y retrouver)

08 avril : Le Bikini – Toulouse

09 avril : Cabaret Aléatoire – Marseille

15 avril : Le Transbordeur – Lyon

24 avril : La Laiterie – Strasbourg

 

Fiche Technique

Artiste : Machine Head

Album : Catharsis

Tracklist : 

1 – Volatile

2 – Catharsis

3 – Beyond The Pale

4 – Caliornia Bleeding

5 – Triple Beam

6 – Kaleidoscope

7 – Bastards

8 – Hope Begets Hope

9 – Screaming At The Sun

10 – Behind A Mask

11 – Heavy Lies The Crown

12 – Psychotic

13 – Grind You Down

14 – Razorblade Smile

15 – Eulogy

Date de sortie : 26 janvier 2018

Label : Nuclear Blast

Membres : Robb Flynn : Chant / Guitare Rythmique et Soliste / Phil Demmel : Guitare Soliste et Rythmique / Jared McEaphern : Basse / Dave McClain : Batterie

Une pensée sur “[Critique] Machine Head : Catharsis. Et cette machine dans ma tête…

Commentaires fermés.