[Preview] The Council : ce qu’aurait du être Telltale

À l’occasion du What’s next de Focus (un événement lors duquel l’éditeur français a présenté tous les jeux à venir pour 2018 et même plus), nous avons pu nous essayer à The Council pendant une bonne heure. Jeu d’aventure narratif épisodique où les choix que vous ferez auront une vraie incidence sur le reste de votre aventure. Comment ça « c’est ce qu’auraient du être les jeux de Telltale » ?

The Council est donc un jeu d’aventure narratif développé par Big Bad Wolf Studio. Le studio est composé d’anciens de l’industrie et a pour vocation de faire des jeux narratifs intéressants. Facile à dire comme ça mais moins facile à réaliser. L’exemple le plus connu est évidemment Telltale et nous serons tous d’accord pour dire qu’ils n’ont jamais vraiment réussi à rendre leurs jeux narratifs intéressants d’un point de vue gameplay. Les choix n’en sont pas vraiment et vos décisions n’ont que peu d’incidence sur votre personnage ou l’histoire. Avec leur volonté de faire un jeu sans aucun combat, les Bordelais de Big Bad Wolf ont décidé de relever le défi.

The council
Le manoir, scène principale du jeu.

Le jeu se passe en 1793. Vous incarnez Louis Richet, membre de l’ordre doré. L’ordre doré est une société secrète qui a l’air de se mêler à des affaires occultes. Lord Mortimer, un énigmatique noble anglais vous invite dans son domaine, une petite île isolée en Angleterre. Votre mère y est portée disparue depuis quelques jours et vous devrez mener l’enquête pour la retrouver. Vous rencontrerez les autres hôtes de ce cher Lord. Les plus grands noms du monde occidental sont présents pour un sommet secret dont le sujet ne nous a pas été évoqué : Georges Washington, Napoléon Bonaparte et un émissaire de la Reine d’Angleterre, entre autres. Ils sont au nombre de douze sur l’île. Et chacun semble cacher de lourds secrets et avoir des implications plus ou moins importantes dans ce mystérieux sommet.

Si les développeurs n’ont pas voulu trop nous en dire sur le scénario, nous avons pu essayer d’en comprendre un peu plus lors de notre séance de jeu. L’ésotérique et l’occulte seront bien présents car le Necromicon (« Al Azif ») est évoqué dans le prologue de l’aventure. L’ambiance mêlant mystères et ce malaise permanent typique de l’univers de Lovecraft est bien retranscrite. Ce fut un vrai plaisir que d’arpenter le manoir pendant cette première partie de l’épisode un.

The council
Les personnages ont de vraies gueules

The Council propose une approche inédite du genre. Les interactions avec les autres personnages du manoir constituent les combats du jeu. Il va falloir réussir à leur tirer les vers du nez sur ce qu’il se trame, en utilisant vos facultés et compétences. Ils ont en effet des immunités et des points faibles. L’un des personnages à interroger lors de cette démo était vulnérable à la logique mais très loyal par rapport à sa mission. À vous de sortir les bons arguments au bon moment pour réussir à sortir vainqueur de cette joute verbale. L’utilisation des compétences étant limitée par une barre d’effort et comme chaque compétence coûte des points pour être activée, il faudra les utiliser à bon escient. Pour en savoir plus sur les différentes personnes du manoir, il vous faudra fouiner, explorer et mener l’enquête, ce qui pourra vous débloquer des choix différents de réponses et même vous ouvrir des pans entiers d’histoires qui auraient pu rester cachés autrement.

Les embranchements narratifs sont très nombreux avec au moins six ou sept façons de résoudre un conflit. Le jeu vous propose même à différents moments de choisir ce que vous allez faire. Aider ce pauvre Georges Washington vous permet de vous lier avec lui et ouvrir un pan de l’histoire mais vous coupe d’un autre coté de votre enquête sur votre mère. Vous ne verrez ainsi pas toute l’histoire sur ce qu’il se passe sur l’île lors d’un seul et même run. Vos choix auront de vrais conséquences sur Louis ou les personnages et ce, jusqu’à la fin de l’épisode 5. Une chose que n’a jamais su faire Telltale. Les développeurs nous ont aussi confirmé que le jeu aura un système de sauvegarde plutôt sévère. Ici, pas question de sauvegarder à chaque décision et de charger votre partie juste après pour voir ce qu’il pourrait se passer d’autre puisque la sauvegarde automatique vous en empêche. Dans l’ensemble, le gameplay nous a paru très intéressant et innovant pour un jeu narratif.

The council
Une situation tendue pour Louis

Du coté de la technique, le jeu tournait sans aucun problème sur un PC qui avait l’air tout à fait classique. Les environnements sont détaillés et les personnages et animations sont soignées. Nous avons été particulièrement sensibles à la direction artistique qui nous a beaucoup plu. Un mélange cartoon et réaliste. Tous les personnages ont de vraies gueules et ça fait plaisir.

Avec un système qui tente vraiment de renouveler le genre (sa direction artistique, son ambiance), le jeu semble être rempli de bonnes idées. À voir si le scénario, qui reste la colonne vertébrale de ce type de jeu, sera à la hauteur. Cette première prise en main de The Council nous a en tout cas donné l’eau à la bouche et il nous tarde d’être en mars pour enfin pouvoir vous donner un avis plus approfondi. The Council sera disponible sur PC, PS4 et Xbox One et un épisode sortira tous les deux mois.

 

Une pensée sur “[Preview] The Council : ce qu’aurait du être Telltale

Commentaires fermés.