[Manga] My Home Hero : on veut tous un papa comme ça

Publié aux éditions Kurokawa, le titre My Home Hero était sur ma liste d’achat depuis son annonce. Disponible depuis le 10 janvier dans toutes les bonnes drogueries je me suis empressée de me procurer le tome et le dévorer en 20 minutes. Quel bonheur, mes ami(e)s ! Il y a bien longtemps que je n’avais pas autant apprécié un manga !

Je suis capable de tout pour elle…

My Home Hero : qu'est-ce qui est arrivé à ton visage ?Il est toujours un peu délicat de proposer des titres de mangakas inconnus (ou presque) du grand public. Le premier manga de Naoki Yamakawa « 100-man no Inochi no Ue ni Ore wa Tatte Iru » n’ayant jamais trouvé une maison de publication en France, le pari était risqué pour Kurokawa. Mais à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire parait-il. La maison d’édition fougueuse s’est occupée de la promotion de My Home Hero en parlant du célèbre Maxime Chattam bien connu pour ses thrillers à lire dans le train et en proposant le titre à la bonne période : celle où toutes les maisons d’éditions sortent des thrillers.

Côté dessin, on retrouve Masashi Asaki, qu’on connaît (ou pas) pour « Psychometrer Eiji« . Dès les premières pages l’histoire nous prend. Elle démarre en présentant un homme banal. Ce père de famille est un commercial spécialisé dans l’industrie du jouet. Il adore écrire des romans policiers en ligne durant son temps libre. Ces derniers ne sont pas géniaux, mais, il ne faut jamais aller contre sa passion !

 

Le pauvre vieux a beaucoup de mal à communiquer avec sa fille chérie depuis qu’elle est à l’université. Comme tout bon père, il prend toujours le temps de payer un restaurant au trésor de sa vie en posant des questions un peu stupides (avouez votre père le fait aussi). Le décor est planté : voilà papa et fifille en train de manger quand soudain, papa se rend compte que sa petite fleur précieuse a le visage blessé ! Aucun doutes possibles : son petit ami l’a tabassé, c’est sûr ! Malheureusement pour elle, pour lui, pour sa famille : la demoiselle sort avec un Yakuza. Tetsuo (le nom du père) le sait, pour se débarrasser d’un Yakuza il ne suffit pas de le tuer. Et c’est là que cela se corse…

 

Ne me dis pas qu’il est mort, quand même ?

Que dire du personnage principal de My Home Hero, Tetsuo ? C’est le papa qu’on voudrait tous avoir ! Un peu looser en apparence, avec une carrière qui n’évolue pas mais une situation de salaryman confortable. Le voilà plongé rapidement dans le rôle du type obligé de se débarrasser d’un corps et je dois dire que le rôle lui va à merveille ! Tout se met très vite en place dès le premier tome. Tetsuo est un homme qui ne s’est jamais battu dans la vie, ni contre quelqu’un, ni pour quelqu’un et encore moins pour lui-même.

My Home Hero Murder Scene

Mais Tetsuo le sait, quoi qu’il arrive, il doit protéger sa famille. Ainsi confronté à des événements d’une violence impressionnante, notre bon père de famille va vite se transformer en fixer d’une intelligence et d’une efficacité redoutable. Et tout ça grâce à quoi ? À son expérience de père de famille, de mari aimant et d’amateur de thrillers ! Heureusement qu’il possède une vivacité d’esprit et certaines ressources car les Yakuzas ont la dent vraiment dure.

Je ne vais pas trop entrer dans les détails car ce sont eux qui font toute la beauté de l’oeuvre, mais il devient vite évident que, face à un drame, le pouvoir de l’unité familiale vous permet de soulever des montagnes et des pots en terre…

 

Je t’ai trompé avec un steak

My Home Hero CoverMy Home Hero permet de se rendre rapidement compte de la belle synergie entre l’écriture fine, drôle et ingénieuse de Naoki Yamakawa et les traits précis et expressifs de Masashi Asaki. Des rebondissements sont au rendez-vous à chaque page, l’intrigue s’autorise à devenir de plus en plus complexe à mesure que Tetsuo avance. Que cela soit côté Yakuzas ou côté famille, chaque personnage met toute sa ruse en oeuvre pour régler la situation, piéger l’adversaire ou tout simplement ne pas mourir.

Il y a fort à parier que Naoki Yamakawa a passé un petit peu de temps à lire des thrillers, s’acoquiner avec des Yakuzas ou en tout cas faire un beau travail d’étude de terrain car les situations sembles toutes plausibles. La dimension réaliste de l’oeuvre ajoute une nouvelle saveur à My Home Hero. Je l’avoue avoir été un peu en colère on constatant que le tome 2 n’avait pas encore de date de sortie tellement l’oeuvre m’a emporté.

Masashi Asaki fait un travail remarquable au dessin qui sert parfaitement la narration. C’est un sans faute du début jusqu’à a fin du tome. Si la couverture vous semble un peu étrange, elle prendra tout son sens une fois plongé dans My Home Hero. Elle illustre à merveille les états d’âme de Tetsuo et la situation dans laquelle il se trouve. Cette angoisse, ce sentiment d’être au bout de sa vie permet à Tetsuo de se servir de l’énergie du désespoir pour devenir un héros ordinaire.

Mention spéciale pour la bande de Yakuzas plus vraie que nature. Si Kyôichi est une ordure de première, ses ami(e)s ne sont pas en reste. Tetsuo n’est vraiment pas au bout de ses peines face à des hors-la-loi bien décidés à retrouver leur ami et s’occuper de sa fille chérie car elle en sait trop.

 

Est-ce qu’on l’achète ?

My Home Hero pageOh que oui on l’achète ! Avec My Home Hero, la maison d’éditions Kurokawa frappe fort ! Nous ne sommes pas loin des meilleurs plans et intrigues de Détective Conan. L’intrigue est sympathique, les situations originales, le rythme est soutenu.

Non, vraiment, c’est une oeuvre qui permet de bien commencer l’année 2019 ! Elle saura plaire aux amateurs de bonnes histoires de thrillers, aux papas qui aiment leurs enfants et même aux lecteurs de Maxime Chattam qui n’ont probablement jamais ouvert un manga de leur vie.

My Home Hero, édité par Kurokawa, est un seinen disponible au prix de 7€65. La première « saison » comportera 5 tomes et la seconde est en cours de publication au Japon. Le premier chapitre est disponible en ligne.

Foncez ! Vous ne le regretterez pas !

Nova

Nova

Community Manager / Rédacteur #Freelance - #JV #Japanimation #IT #Comics #Esports - So say we all ☄